Rapport annuel 2014 du WWF-Canada

© PAUL BETTINGS / WWF-CANADA

PRÉSIDENT ET CHEF DE LA DIRECTION

Le pouvoir d’améliorer les choses

C’est un fait que nous sommes confrontés à des défis sans précédent sur le plan environnemental. Le récent Rapport Planète Vivante du WWF faisait d’ailleurs mention de la dévastatrice nouvelle que la population de mammifères, d’oiseaux, de reptiles, d’amphibiens et de poissons partout dans le monde a diminué de 52 pour cent au cours des 40 dernières années. La santé et la sécurité des habitats essentiels des espèces, autant dans les océans, les rivières, sur terre, dans l’Arctique et dans l’ensemble du pays restent sous la menace du développement non durable et de décisions quotidiennes que nous prenons tous.

Voilà où vous, citoyens, consommateurs et sympathisants du WWF-Canada, entrez en scène. La demande de produits de la mer durables par un nombre croissant de consommateurs pousse les pêcheries avec lesquelles nous travaillons à changer leurs méthodes. Les dons de nos sympathisants financent nos projets de conservation, de Toronto à Tuytoyaktuk, et de St. John’s à Kitimat. Votre participation à des manifestations de conservation dans vos communautés aide à créer des habitats sains pour les espèces et les populations.

Nous vivons dans un pays qui pourrait prendre les devants en matière de conservation de la planète, et c’est grâce à vous tous, les dizaines de milliers de sympathisants du Fonds mondial pour la nature, qui croyez en l’action en faveur de la nature, qui savez qu’aucune société ne peut s’épanouir et prospérer en l’absence d’écosystèmes en santé et résilients. Nous avons, tous ensemble, le pouvoir de transformer les choses et de bâtir un monde dans lequel l’humanité et la nature s’épanouiront ensemble.

© JEFF DAVIDSON PHOTOGRAPHY

Président et chef de la direction du WWF-Canada

MOT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL

Une année de grands pas en conservation, grâce à vous

Il ne fait aucun doute que la route vers une gestion réellement durable des ressources de la planète sera longue et ardue. Mais comme les saumons, en page 8, qui luttent avec ardeur contre le courant pour retourner au lieu de leur naissance, et à l’instar des monarques, en page 11, qui entreprennent vaillamment une migration de quelque 5 000 kilomètres, nous sommes déterminés à nous rendre à destination.

Le Fonds mondial pour la nature a bien des atouts en main pour nous aider à progresser sur cette route – données scientifiques rigoureuses, équipe enthousiaste et déterminée, relations solides tissées au fil des ans avec les communautés, entreprises, gouvernements et organismes divers. Ces atouts reposent, aujourd’hui comme hier, sur la passion, l’appui et la fidélité de nos sympathisants. De fait, l’action du WWF s’appuie sur le pouvoir du nombre, de la collectivité.

Cette année encore, c’est grâce à votre appui que progressent les solutions aux enjeux auxquels nous faisons face ici même au Canada. Grâce à vous, les pêcheries de morue de la zone 3P à Terre-Neuve se sont transformées et ont amorcé le processus d’accréditation comme pêcheries durables. Grâce à vous, l’eau douce jouit d’une toute nouvelle protection en Colombie-Britannique, qui a révisé sa loi en profondeur. Grâce à vous, un projet de modélisation des déversements de pétrole en mer de Beaufort illustre clairement les choix à faire en matière de développement en Arctique.

Ces réalisations sont le fruit de nombreuses années de travail acharné et avec votre appui, le WWF-Canada pourra poursuivre sa mission au cours des années à venir, envisager de nouvelles voies audacieuses et atteindre de nouveaux sommets.

Nous vous remercions de votre générosité et de votre confiance, sans lesquelles rien de tout cela ne serait possible.

© RICHARD STONEHOUSE / WWF-CANON

Roger Dickhout, Chairman,
Président du conseil d’administration du WWF-Canada

La conservation
à travers le pays

Cette année, l’impossible

est devenu possible

LA PREMIÈRE PÊCHERIE CANADIENNE DE MORUE
DE L’ATLANTIQUE SUR LA VOIE DE L’ACCRÉDITATION DURABLE

LA MORUE DE L’ATLANTIQUE (GADUS MORHUA)

La morue a vécu et prospéré pendant des milliers d’années dans le rude océan Atlantique Nord, grâce à sa formidable fécondité – la femelle adulte peut pondre de 4 à 6 millions d’oeufs au cours d’une seule fraye. Or, une surpêche effrénée pendant des années et des années a fini par causer l’effondrement des stocks de morue de l’Atlantique au Canada dans les années 1990, et poussé l’espèce au bord de l’extinction (en plus de priver plus de 30 000 personnes d’un emploi). Les populations de morue montrent aujourd’hui les signes d’un timide rétablissement, mais il faudra réduire les prises accessoires et protéger les habitats essentiels à l’espèce – lieux de fraye et pouponnières – pour qu’elle puisse se reconstituer véritablement. C’est ce que vise le projet d’amélioration des pêcheries mené dans la zone 3P sur les côtes de Terre-Neuve.

 © GILBERT VAN RYCKEVORSEL / WWF-CANADA

Nos succès

Nous n’arriverons pas à redonner leur vitalité aux océans en continuant de pêcher de manière irresponsable. Voilà pourquoi le
WWF-Canada travaille en étroite collaboration avec Loblaw – le plus grand détaillant de produits de la mer au Canada – afin de
susciter la transformation de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement.

  • Au 31 décembre 2013, 88 pour cent des produits de la mer offerts chez Loblaw étaient certifiés durables ou provenaient de sources réalisant des progrès probants en vue de cette accréditation.
  • Le 11 mars 2014, Loblaw est devenu le premier détaillant en Amérique du Nord à vendre du saumon d’élevage certifié par l’Aquaculture Stewardship Council (ASC).
  • Loblaw propose maintenant 138 produits certifiés par le MSC et l’ASC — c’est plus que tout autre détaillant en alimentation au Canada

© ALBERTO WAREHAM

Premier de cordée

« L’approche responsable est la seule approche durable, selon Alberto Wareham, chef de la direction de Icewater Seafoods Inc. La seule approche durable pour l’entreprise, pour la viabilité de la morue et celle de toutes les ressources naturelles, d’ailleurs. » Alberto Wareham est né à Arnold’s Cove, à Terre-Neuve, lieu de l’usine de transformation de Icewater Seafoods. Les Wareham sont associés à cette usine depuis 7 générations, et ce chef d’entreprise espère bien que ça continuera après lui. Évidemment, cela dépendra de l’état des stocks canadien de morue de l’Atlantique, et c’est ce qui le motive à opter pour une pêche responsable. « L’accréditation de la morue de l’Atlantique par le MSC est une nécessité, ce n’est pas juste une question de choix. Notre usine emploie 200 personnes dans une communauté de 1 200 personnes. Des familles entières travaillent ici, alors si nous voulons que leurs petits-enfants aient un boulot aussi, c’est à nous, aujourd’hui, de prendre soin des écosystèmes et des populations de morue. »

« Une pêche responsable est l’élément clé d’un avenir durable pour notre entreprise et l’économie de notre région. »

© ALBERTO WAREHAM

Survol

Les perspectives sont sombres. En 2010, 80 pour cent des ressources halieutiques mondiales étaient exploitées à la limite, voire au-delà des limites de leur capacité. La surpêche a fragilisé tous les écosystèmes marins de la planète.

(vidéo en anglais seulement)

Des consommateurs écoresponsables agissent cependant pour changer les choses, en achetant des produits de la mer arborant le logo bleu du Marine Stewardship Council (MSC). De fait, aujourd’hui, plus de 22 000 produits de la mer arborent l’écoétiquette du MSC. Et la morue du Canada pourrait bientôt s’ajouter à cette liste.

Pendant 500 ans, l’économie de Terre-Neuve a reposé sur la morue, une espèce si abondante que Jean Cabot aurait dit un jour que l’on pourrait marcher sur un banc de morues. Si abondante qu’elle a fait l’objet d’une surpêche incessante, et qu’en 1992 la population avait plongé à moins de 1 pour cent de ce qu’elle était dans les années 1960. Le gouvernement fédéral n’a eu d’autre choix que d’imposer un moratoire sur la pêche de cette espèce que l’on avait crue inépuisable.

Voilà qu’aujourd’hui, tous les regards sont tournés vers la morue de la zone 3P, au sud de la côte de Terre-Neuve, dont la vitalité de la pêcherie prouve qu’une saine gestion et une bonne collaboration intersectorielle peuvent être très bénéfiques à la santé de nos océans.

En 2011, Icewater Seafoods s’est alliée au WWF pour aligner ses pratiques de pêche sur les normes MSC - un changement de pratique qui avait déjà été enclenché par Marks and Spencer, Loblaw, Wal-Mart et d’autres grands détaillants en Amérique du Nord et en Europe.

Le projet d’amélioration des pêcheries, qui réunit plusieurs acteurs du milieu de la pêche, a mobilisé une vingtaine de partenaires auprès de transformateurs, distributeurs, détaillants, syndicats et ministères. Ces partenaires ont entrepris l’évaluation des stocks, fait des études sur la prise accessoire et mis au point des plans de conservation, et se sont entendus sur les stratégies à mettre en place pour reconstituer les stocks de morues. Dans la zone 3P, les populations de morues ont repris du mieux. Trois ans plus tard, le 13 mars 2014, la demande d’accréditation était déposée au MSC.

Si la demande est acceptée et l’accréditation, accordée, la reconstitution des populations de morues de la zone 3P servira de modèle de rétablissement de populations de poissons dans la région et à travers le monde.

Calendrier

juil.
1992

Le gouvernement fédéral interdit la pêche à la morue à Terre-Neuve

 févr.
1997

Le Fonds mondial pour la nature et Unilever créent le
Marine Stewardship Council

mai
2009

Loblaw prend l’engagement de s’approvisionner en produits de la mer uniquement auprès de pêcheries assurant une gestion responsable

janv.
2011

Le WWF-Canada et la société Icewater mettent sur pied un projet d’amélioration des pêcheries visant la morue de la zone 3P

mars
2014

Début du processus en vue de l’accréditation par le MSC
de la morue de la zone 3P

début
2016

Accréditation de la morue de la zone 3P par le MSC

Cette année, on a réécrit une page d’histoire

LA COLOMBIE-BRITANNIQUE ADOPTE UNE NOUVELLE LOI AUDACIEUSE
SUR LA GESTION DURABLE DE L’EAU AFIN DE PROTÉGER LA RESSOURCE
AU BÉNÉFICE DE LA NATURE ET DES GENS

LE SAUMON DU PACIFIQUE (ONCORHYNCHUS)

Le saumon est à la base des écosystèmes côtiers en Colombie- Britannique. À preuve, la grande course annuelle des saumons qui remontent « leur » rivière pour aller frayer là où ils sont nés, après avoir passé des années dans l’océan. Chaque automne, les rivières de la Colombie-Britannique regorgent de saumons frétillants, qui mènent le combat de leur vie pour combattre le courant, traverser des chutes et des barrages, et échapper aux ours venus prendre part au grand festin annuel. Grâce à la nouvelle loi sur la gestion durable de l’eau adoptée en Colombie-Britannique, ces rivières retrouveront un débit suffisant pour cette gigantesque migration annuelle, et tous les animaux sauvages de la province auront accès à l’eau dont ils ont besoin pour vivre et survivre.

© TIM IRVIN / WWF-CANADA

Nos succès

L’action que mène le WWF-Canada en Colombie-Britannique fait partie d’une campagne nationale visant une meilleure connaissance de la santé et la protection de l’eau douce au Canada.

  • À ce jour, 25 pour cent des cours d’eau du Canada ont été évalués. Grâce aux données recueillies sur la qualité de l’eau, les débits, les poissons et les insectes, nous avons établi des critères de mesure de la santé des écosystèmes d’eau douce, dont nous pourrons dégager des renseignements très importants pour prendre les décisions et orienter les actions en conservation.
  • Le WWF-Canada et les Compagnies Loblaw ont créé le Fonds Loblaw pour l’eau en 2013 dans le but d’aider les communautés à veiller à la santé des lacs, cours d’eau et milieux humides de leur région. La première série de subventions – qui proviennent en partie des revenus du programme de tarification des sacs de plastique de Loblaw – a été attribuée à 10 projets de protection de bassins versants à travers le pays.
  • Le Plan 2014 consacre en quelque sorte les années de travail et d’engagement du WWF-Canada en matière d’eau douce, et la Commission mixte internationale a appuyé vigoureusement ce nouveau plan de gestion visant la restauration et la protection de la santé du fleuve Saint-Laurent et du lac Ontario. Le plan est actuellement à l’étude par les autorités publiques concernées – gouvernements fédéraux, provinciaux et des états au Canada et aux États-Unis – et son adoption signifierait que les voies fluviales et les milieux humides de cet immense bassin hydrographique pourraient retrouver des débits plus naturels.

Premier de cordée

Ted Hogarth était très sensible à l’importance de protéger les habitats des espèces en péril, et il a été un fidèle donateur du WWF-Canada pendant de nombreuses années. Son ami John McCutcheon, ex-membre du conseil d’administration du WWF-Canada, se souvient de lui avec affection. « Ted et moi avons beaucoup discuté avec l’équipe de conservation du
WWF-Canada au sujet du besoin vital d’assurer un volume régulier d’eau douce à nos animaux sauvages. Ted est décédé il y a deux ans, et il a légué par testament un montant substantiel pour soutenir l’action du WWF-Canada en matière d’eau douce – un don opportun pour un programme de plus en plus urgent pour le WWF-Canada. »

« Ted avait une discipline de fer qui lui a fait réussir tout ce qu’il entreprenait. Il était également généreux et prévoyant, et il nous laisse tout un héritage. »”

John McCutcheon

© MIKE AMBACH / WWF-CANADA

Survol

Le saumon a besoin d’eau douce pour vivre et survivre. Tout comme le grizzly, le pin de Douglas et la minuscule grenouille-à-queue du Pacifique. Alors quand le gouvernement de la Colombie-Britannique a annoncé son intention de moderniser sa loi sur l’eau vieille de cent ans, le WWF-Canada s’est installé aux premières loges pour veiller à ce que les nouvelles règles prennent en compte les besoins de la nature

Des représentants du WWF-Canada ont participé aux travaux du groupe technique chargé de conseiller le gouvernement dans ce projet de réglementation. Nous avons par ailleurs donné des ateliers et présenté des mémoires, produit des fiches techniques et de la publicité, et publié des études universitaires.

Pendant tout ce processus, nos sympathisants nous ont soutenus. Les sondages réalisés auprès des Britanno-Colombiens ont révélé que pour 94 pour cent d’entre eux, les nouvelles règles provinciales en matière de gestion de l’eau devaient avoir pour souci d’assurer l’équilibre entre les besoins de la population et ceux de la nature – particulièrement au regard du réchauffement climatique et de la croissance démographique, qui exercent une pression sans précédent sur les ressources d’eau douce.

Des milliers de citoyens ont visionné la vidéo mettant en vedette Scott Niedermayer, notre ambassadeur pour l’eau douce, et entendu son vibrant appel à une nouvelle et rigoureuse loi sur l’eau. Plus de 100 personnes ont participé à notre activité sur l’eau et les saumons à Vancouver. Et à travers la province, quelque 2 900 personnes ont présenté leur réflexion au sujet du projet de loi sur la gestion de l’eau.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a compris le message et a agi en conséquence. La nouvelle loi sur la gestion durable de l’eau exige – c’est une première – la protection des débits environnementaux, soit la qualité, le volume et les flux saisonniers de l’eau qui coule dans nos bassins versants.

Au cours des prochaines années, le WWF-Canada travaillera en collaboration avec le gouvernement à l’élaboration des règles d’accompagnement de la loi, et présentera la Colombie-Britannique comme modèle à suivre dans le reste du Canada.

Levons donc notre verre (d’eau!) à l’heureuse initiative de la Colombie-Britannique en matière de révision de sa réglementation, qui fera en sorte qu’il y aura de l’eau pour les cultures et pour les kayakistes, de l’eau pour les saumons et les salamandres, et de l’électricité pour nos communautés.

(vidéo en anglais seulement)

mars
1909

Adoption de la première loi sur l’eau en Colombie-Britannique, intitulée Water Act

juin
2008

Le gouvernement de la Colombie-Britannique publie son plan d’intendance responsable de l’eau intitulé Living Water Smart, et s’engage à mettre à jour sa loi sur l’eau

2011-
2014

Le WWF-Canada participe aux travaux d’un comité consultatif entourant la nouvelle loi sur l’eau

mars
2011

Le WWF-Canada présente un mémoire sur le projet de loi sur l’eau, soulignant la nécessité de protéger les débits environnementaux

nov.
2011

Le WWF-Canada tient un atelier sur les débits environnementaux, conjointement avec le ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique

juin
2012

Le WWF-Canada organise une présentation avec l’aide d’un fonctionnaire sur
la nouvelle loi sur l’eau de la C.-B. et la façon dont elle protège les flux aquatiques à la conférence de l’Association canadienne des ressources hydriques

 déc.
2012

Plus de 100 personnes prennent part à l’activité du WWF-Canada sur l’eau et les saumons, au cours de laquelle Scott Neidermayer, son ambassadeur pour l’eau, lance une vidéo sur YouTube

mai
2014

La C.-B. passe la nouvelle Loi sur le développement durable de l’eau (Water Sustainability Act)

Calendrier

MILLE CLASSES D’ÉLÈVES À TRAVERS LE CANADA NOUS DONNENT

UNE LEÇON DE CONSERVATION

Une grande année pour la protection d’une espèce impériale

LE MONARQUE (DANAUS PLEXIPPUS)

Tous les mois de novembre, des millions de monarques prennent leur envol pour réaliser une longue et difficile migration qui les mènera du Canada aux forêts du centre du Mexique. Ce périple qui totalise entre 2 000 et 5 000 kilomètres, ce n’est pas une seule, mais plusieurs générations de monarques qui le compléteront. Malheureusement, les populations de monarques ont chuté drastiquement au cours des dernières années – l’exploitation forestière détruit leur site d’hivernage, le réchauffement climatique perturbe leurs parcours et les herbicides utilisés dans leurs habitats d’été détruisent l’asclépiade, la seule et unique source de nourriture de la chenille monarque, qui doit se nourrir avec avidité pour devenir papillon. Notre populaire programme Écoles pour une planète vivante permet heureusement à des enseignants et à leurs élèves de partout au Canada de se joindre au WWF-Canada pour protéger le monarque et l’asclépiade, essentielle à sa survie.

© PAUL BETTINGS / WWF-CANADA

Nos succès

Au cours de sa longue migration, le monarque traverse trois pays, et le WWF doit donc mener son travail de conservation dans chacun de ces pays. C’est ainsi que le WWF-Canada collabore avec les WWF des États-Unis et du Mexique pour assurer la protection des habitats de la population de monarques.

  • Au cours de la dernière année, le Fonds de conservation du monarque a accordé 174 000 dollars en appui à des activités économiques favorables à la forêt – production de champignons et pépinières – dans la zone d’hivernage du monarque.
  • En vue de l’édition 2014 du Sommet des chefs d’État nord-américains, le WWF-Canada a lancé un appel au premier ministre Harper, au président Obama et au président Enrique Peña Nieto, les appelant à agir pour assurer la protection du monarque. Les chefs d’État ont répondu à l’appel et créé un groupe de travail tripartite pour la conservation du papillon monarque.
  • Au cours de la toute première Semaine du monarque organisée par le WWF-Canada, 800 participants se sont joints au WWF-Canada lors d’un Google Hangout réunissant Laurel Merriam, membre du Réseau canadien des enseignants monarques, l’expert en conservation Steven Price, Jorge Rickards G. du WWF-Mexico, et Karen Oberhauser, spécialiste étatsunienne des monarques.

Premier de cordée

Laurel Merriam est enseignante en éducation spécialisée à l’école Brighton, en Ontario, et elle élève des monarques dans sa classe depuis que sa collègue Kim Strong lui a fait le cadeau d’un plant d’asclépiade et de deux chenilles de monarque. Après une formation en monarques auprès du Réseau canadien des enseignants monarques en 2007, Laurel Merriam a vu son intérêt pour le monarque se muer en véritable passion. En 2008, Laurel et Kim ont fait le voyage au Mexique pour voir les lieux d’hivernage des monarques, une expérience que Laurel chérit parmi toutes. « Je n’oublierai jamais la vision de ces millions de monarques au milieu d’une forêt du Mexique. » Ce voyage a fait de Laurel une formidable ambassadrice du monarque auprès de ses élèves. Membre active du programme Écoles pour une planète vivante du WWF-Canada, Laurel a également participé au Google Hangout, et contribue au quotidien à faire connaître, apprécier et protéger le papillon monarque dans nos écoles.

© LAUREL MERRIAM

« Mes élèves adorent avoir des papillons dans leur classe. Pour moi, le papillon est un bien joli prétexte pour apprendre à mes élèves à aimer et à respecter toute la nature, pas seulement le monarque. »

Survol

L’édition du mois de mars de l’infolettre Écoles pour une planète vivante était très spéciale. En effet, le WWF-Canada y a lancé une invitation particulière aux 12 000 enseignants qui font vivre ce programme de sensibilisation des élèves de niveau primaire et secondaire aux questions environnementales. Quelle était cette invitation? Eh bien, on offrait 100 paquets de semences d’asclépiade. Les courriels n’ont pas tardé à affluer.

Devant une telle demande, le WWF-Canada a dû adapter son offre, et a heureusement réussi à mettre la main sur 1 000 paquets de semences qui ont été distribués aux écoles désireuses de créer de petites oasis pour monarques.

Il y a quelque chose chez le monarque qui nous captive, enfants et adultes. Peut-être est-ce leur livrée flamboyante noire et orangée, synonyme de la saison estivale pour nombre d’entre nous? Ou, est-ce le fait que cette minuscule créature, véritable poids-plume, parcourt des milliers de kilomètres au cours de sa migration annuelle? Ou encore, que le fait de poser un seul geste simple – semer l’asclépiade essentiel à sa survie – pourrait le sauver de la disparition?

Pendant des années, on a vu chuter le nombre de monarques en raison de la déforestation dans la région du Mexique, où ce papillon passe l’hiver. Le Fonds mondial pour la nature a travaillé à la protection de cette région en collaboration avec les communautés locales, le gouvernement et le secteur privé, et cette action commune a mené à la création d’une réserve de biosphère. Un fonds a également été créé pour soutenir des projets d’activité économique autres que l’exploitation forestière.

Selon les scientifiques, le principal enjeu – et le plus pressant – consiste maintenant à protéger l’asclépiade au Canada et dans le nord des États-Unis, où l’usage d’herbicides et des lois sur les herbes nuisibles ont littéralement décimé la plante qui nourrit la chenille du monarque.

Le WWF-Canada remercie du fond du coeur tous les enseignants et leurs élèves qui ont répondu à son appel, qui ont semé de l’asclépiade, qui ont mis en pratique les préceptes d’une planète vivante, et qui ont assuré le succès de notre première séance en direct de Google Hangout avec des experts en monarques. Nous préparons du nouveau matériel didactique lié au curriculum des écoles et tout un programme pour l’année 2015.

oct.
2000

L’UNESCO désigne comme Réserve de biosphère du papillon monarque la zone d’hivernage située dans une chaîne de montagnes du centre du Mexique

févr.
2014

Le Canada, les États-Unis et le Mexique créent un groupe de travail pour la conservation du monarque

mai
2002

Le Fonds mondial pour la nature crée le Fonds de conservation du monarque afin d’encourager, par des incitatifs économiques, les communautés locales à se détourner de l’exploitation forestière dans l’habitat du monarque

mars
2014

700 enseignants dans 1 000 écoles à travers le Canada sèment des graines d’asclépiade fournies par le WWF-Canada, et créent ainsi de multiples habitats pour le monarque

déc.
2013

Le WWF révèle que la population de monarques hivernant au Mexique a chuté et son nombre est le plus faible enregistré depuis que l’on a commencé à les recenser il y a 20 ans

sept.
2014

Le WWF-Canada offre aux écoles pour une planète vivante une nouvelle ressource pour les classes de 6e année : Fous des papillons

mai
2014

Les amants de la nature partout au Canada se joignent au WWF-Canada pour célébrer la Semaine du monarque – témoignages, information et photos sont à l’honneur et un Google Hangout est organisé avec des spécialistes du monarque

2015

Le groupe de travail pour la conservation du monarque présentera son rapport dans le cadre du prochain Sommet des chefs d’États nordaméricains

Calendrier

L’année où l’on a pris position
pour la science et le Canada

DES DIZAINES DE MILLIERS DE CITOYENS À TRAVERS
LE CANADA S’OPPOSENT AU PROJET D’OLÉODUC ET
DE PÉTROLIERS NORTHERN GATEWAY

OURS KERMODE (URSUS AMERICANUS KERMODEI)

La région côtière du Grand Ours en Colombie-Britannique est non seulement un des plus riches écosystèmes de la Terre, mais il est le seul endroit au monde où l’on trouve l’ours Kermode, ou l’ours Esprit. Dans cette région, un ours noir d’Amérique du Nord sur dix naît blanc à cause d’un gène récessif. Cette couleur blanche ou crème leur a valu leur nom d’ours Esprit par les Premières Nations côtières. Ces rares ours blancs se révèlent être d’excellents pêcheurs à cause de cette coloration qui les rend moins visibles des poissons. L’avenir de l’ours Esprit, ainsi que de l’ensemble de la région du Grand Ours, est en jeu à la suite de la proposition du projet d’oléoduc et de pétroliers Northern Gateway qui pourrait détruire l’habitat des ours. Nous travaillons à faire en sorte que la région du Grand Ours reste un écosystème dynamique et florissant, où les animaux uniques comme l’ours Esprit peuvent prospérer

© ANDREW S. WRIGHT / WWF-CANADA

Nos succès

La lutte contre le projet d’oléoduc et de pétroliers Northern Gateway n’est pas le seul moyen d’agir pour la protection de la zone marine du Grand Ours. Le WWF-Canada mène également de la recherche de pointe sur le bruit sous-marin, invite les communautés à s’engager, et contribue à l’orientation des politiques et à la planification de manière à préserver l’un des plus riches écosystèmes marins de la planète.

  • En décembre 2013, le WWF-Canada publie un rapport volumineux sur la gestion du bruit sous-marin dans l’océan Pacifique canadien. Au printemps suivant, des représentants de notre équipe sont invités à présenter leur expertise en bruit sous-marin dans le cadre d’un atelier organisé par l’Organisation maritime internationale.
  • En avril 2014, le gouvernement provincial et 18 Premières Nations publient un projet de planification de l’espace maritime visant la zone marine du Grand Ours – des plans qui tiennent compte de l’information du WWF-Canada sur le réchauffement climatique, la pollution sonore sous-marine, les impacts cumulatifs et l’habitat de la zostère marine
  • En mai 2014 le WWF-Canada publie un nouveau rapport sur les effets cumulatifs sur les écosystèmes marins, en collaboration avec le Center for Ocean Solutions de la Californie, rapport qu’il présente dans le cadre d’un atelier intitulé Grounding Cumulative Effects Workshop in the Skeena Estuary à Prince-Rupert
  • En juin 2014, le WWF-Canada fait équipe avec d’autres groupes de conservation et lance une campagne pour la protection de la zone marine du Grand Ours, un appel public lancé au gouvernement pour qu’il soutienne le projet de planification de l’espace maritime visant la protection de ce joyau écologique mondial.

© ART STERRITT

Premier de cordée

Art Sterritt croit que s’ils sont bien informés, les citoyens prendront de bonnes décisions. « Le regroupement des Citoyens pour la protection du Grand Ours a contribué à la démonstration de la justesse de cette cause, dit-il. Nous avons présenté des faits – des données scientifiques – aux citoyens de ce pays au sujet des risques que pose cet oléoduc pour la région, et ils ont entendu et compris. La riche et foisonnante région du Grand Ours nous nourrit depuis des millénaires, et nous savons qu’elle pourra continuer de le faire si nous la protégeons. Mon peuple a l’habitude de se battre seul, mais cette fois, l’appui de tous ces gens à travers le pays qui apprécient nos valeurs, cela nous donne énormément de confiance et nous encourage à continuer de défendre cette cause. »

« La riche et foisonnante région du Grand Ours nous nourrit depuis des millénaires, et nous savons qu’elle pourra continuer de le faire si nous la protégeons. »

© ART STERRITT

Survol

Dévalant les montagnes côtières de la Colombie-Britannique jusqu’aux rivages de l’océan Pacifique, la zone marine du Grand Ours couvre 6,4 millions d’hectares de forêts pluviales luxuriantes et de cours d’eau regorgeant de saumons. Cette forêt, intimement reliée à de très productifs écosystèmes marins, est l’une des dernières forêts pluviales tempérées intactes dans le monde.

Aussi le projet de la société Enbridge, qui veut éventrer ce joyau écologique mondial pour y construire un oléoduc et lancer 220 superpétroliers par année sur les eaux tumultueuses du détroit d’Hécate, présente-t-il un niveau de risque inacceptable.

Premièrement, un déversement de pétrole dévasterait un habitat essentiel du rorqual à bosse. Deuxièmement, les pétroliers feraient exploser les décibels dans une zone marine parmi les plus paisibles de toute la province. Troisièmement, selon un rapport financé par le WWF-Canada et confié à des économistes de l’université de la Colombie-Britannique, un déversement de l’ampleur de celui de l’Exxon Valdez coûterait 9,6 milliards de dollars en frais d’intervention, ce qui dépasse de loin les 600 millions de dollars d’avantages économiques que l’oléoduc est censé dégager.

Heureusement, un mouvement citoyen s’est élevé cette année contre ce projet. Pétitions, rassemblements devant le parlement de la Colombie-Britannique, mémoires déposés à la Commission d’examen conjoint créée par le gouvernement fédéral, pas moins de 50 000 personnes ont répondu à l’appel lancé dans le cadre de la campagne Citoyens pour la protection du Grand Ours pour demander que soit rejeté le projet d’oléoduc Northern Gateway – scientifiques, artistes, économistes, leaders des Premières Nations et autres personnalités ont donné corps à un mouvement qui s’est mué en une véritable campagne citoyenne.

Lorsque la Commission a recommandé l’autorisation du projet, un groupe de 300 scientifiques s’est adressé directement au premier ministre Harper pour lui souligner les lacunes fondamentales de cette décision. De plus, 20 000 personnes ont répondu, en moins de 2 semaines, à l’appel du WWF-Canada et ont appuyé la position de ces scientifiques.

Le 17 juin, le gouvernement fédéral a donné son aval au projet d’oléoduc et de pétroliers. Mais la bataille pour la protection de la zone marine du Grand Ours n’est pas terminée, car l’enjeu est trop grave – saumons, ours Esprit, loups, baleines sont à risque, ainsi que le mode de vie et de survie de populations entières.

juin
2014

Une coalition des Premières Nations et de groupes environnementaux entame des procédures juridiques pour contrer la décision du gouvernement fédéral

juin
2014

Le gouvernement fédéral approuve le projet d’oléoduc, sous réserve que la société Enbridge se plie à certaines conditions

mai
2014

300 scientifiques qualifient d’essentiellement imparfait le rapport d’évaluation de la Commission d’examen conjoint

déc.
2013

La Commission d’examen conjoint recommande l’approbation du projet Northern Gateway, sous réserve de certaines conditions

nov.
2013

50 000 citoyens répondent à l’appel dans le cadre de la campagne Citoyens pour la protection du Grand Ours

août
2012

Le WWF-Canada présente un dossier de 100 pages à la Commission d’examen conjoint, soulignant l’ampleur inacceptable des risques – sociaux, économiques, environnementaux – de ce projet.

janv.
2012

Début des audiences publiques de la Commission d’examen conjoint en vue de déterminer si ce projet est dans l’intérêt public.

mai
2010

Enbridge dépose une demande auprès de l’Office national de l’énergie pour la construction de l’oléoduc Northern Gateway et d’un terminal pétrolier à Kitimat.

mars
2002

Enbridge présente son plan préliminaire de construction d’un oléoduc pour acheminer les sables bitumineux de l’Alberta jusqu’à la côte du Pacifique.

Calendrier

UN PROJET DE MODÉLISATION DES DÉVERSEMENTS DE PÉTROLE FOURNIT UNE INFORMATION CLAIRE ET INDISPENSABLE AUX COMMUNAUTÉS

L’année où les bons choix s’imposent

LE BÉLUGA (DELPHINAPTERUS LEUCAS

On l’appelle le canari des mers, mais ce n’est pas seulement à cause des pépiements, clics, sifflements et couinements qu’il émet pour communiquer, s’orienter et trouver sa nourriture. Ce beau mammifère souriant est un être très sociable dont l’état de santé nous révèle celui de l’écosystème marin dans lequel il vit. Or, le continent arctique se réchauffe en accéléré, les glaces reculent et les compagnies pétrolières et gazières se préparent à effectuer des forages intensifs dans le territoire des bélugas. Le WWF-Canada a réalisé récemment la cartographie des impacts terribles qu’aurait un déversement de pétrole sur l’habitat et la survie des bélugas et autres espèces vivant en mer de Beaufort.

© NATUREPL.COM / SUE FLOOD / WWF

Nos succès

L’Arctique se réchauffe très rapidement et les perspectives de développement minier, pétrolier, gazier et maritime attirent les entreprises en grand nombre. Le WWF-Canada travaille avec les communautés locales à la préservation des habitats essentiels à tous les habitants de l’Arctique, humains et animaux.

  • En 2013, le WWF-Canada s’est associé à des regroupements de chasseurs et trappeurs dans le cadre d’une toute nouvelle initiative, un programme de nettoyage intitulé Campements propres, côtes propres. L’initiative a réuni travailleurs et bénévoles pour ramasser barils d’essence, pièces de motoneiges et plus de 150 sacs d’ordures dans les camps traditionnels installés le long des berges de la mer de Beaufort.
  • Le WWF-Canada finance actuellement un projet visant à compiler et à cataloguer le savoir Inuvialuit traditionnel et de l’information sur l’usage traditionnel du territoire de la mer de Beaufort, dans le but de créer une banque de données pour étayer les décisions à venir en matière de planification.
  • Le WWF a aidé à garder les gens et les ours polaires en sécurité dans le hameau d’Arviat, au Nunavut, grâce aux efforts d’atténuation des conflits humains/ours. Ce qui n’a entraîné aucun ours tué dans un contexte de protection de vie humaine et de subsistance de la communauté pour la deuxième année consécutive. Ce programme, mené en partenariat avec le hameau et d’autres parties prenantes, est un modèle de réussite qui a contribué à former des surveillants d’ours polaires pour d’autres collectivités du Nunavut.

Premier de cordée

Karine Blatter a toujours aimé d’amour la faune et la nature. Son mari et elle soutiennent le programme Arctique du WWF-Canada, qui donne corps à leur passion pour la protection du patrimoine naturel du Canada. « Ma famille adore la vie urbaine, mais pas question de passer les vacances ailleurs qu’en pleine nature, dit-elle. Les lieux que je préfère sont ceux qui sont encore vierges, ou les moins occupés possible, comme l’Arctique. Mais il est évident que le réchauffement climatique est en train de dégrader cette région et de menacer les espèces qui y vivent. L’Arctique est vulnérable et c’est à nous, citoyens de ce pays, de voir à le protéger. »

« L’Arctique est vulnérable et c’est à nous, citoyens de ce pays, de voir à le protéger. »

© KARINE BLATTER

Survol

Scénario – 23 juin 2009, un puits de pétrole en eau profonde fait éruption dans la zone de concession Amauligak au nord de Tuktoyaktuk. Il n’y a aucune mesure d’intervention sur place, et 3 000 barils de pétrole brut se déversent dans la mer de Beaufort tous les jours pendant 30 jours.

(vidéo en anglais seulement)

été
2014

Des experts du WWF-Canada se rendent dans les communautés Inupiat, Inuvialuit et Gwiich’in pour présenter les résultats de leurs recherches

juillet
2014

Le WWF-Canada met en ligne un site Web de modélisation où sont présentés 22 scénarios de déversement de pétrole en territoire canadien de la mer de Beaufort

sept.
2013

Les pétrolières Imperial Oil, Exxon Mobil et BP présentent une demande conjointe de forage en mer dans les eaux profondes de la mer de Beaufort

mai
2012

Le gouvernement fédéral offre par adjudication des permis d’exploration sous-marine sur 905 000 hectares en mer de Beaufort

automne
2011

Le WWF-Canada participe aux audiences de l’Office national de l’énergie et réclame l’application des normes de sécurité les plus strictes en matière de forage en mer dans l’Arctique canadien

sept.
2011

Le WWF-Canada ouvre un bureau à Inuvik, ce qui facilite grandement le travail en concertation avec les collectivités locales

Calendrier

DES SOLUTIONS ÉMERGENT AUX QUATRE COINS DU PAYS

Une année de petits et grands gestes

© CHERIE COHEN / WWF-CANADA

Lors de la 20e édition du Grand nettoyage des rivages canadiens, l’ensemble des formidables équipes de bénévoles a ramassé près de 100 000 kilogrammes de déchets riverains le long de ruisseaux, de lacs, de rivières et d’océans à travers le pays.
Merci pour cette action probante de bonne intendance de nos bassins versants.
En mars, des centaines de millions de personnes de partout sur la planète ont célébré Une heure pour la Terre 2014 – la plus grande activité citoyenne mondiale en faveur d’une action concrète pour le climat. En plus d'éteindre les lumières, vous avez fait des dons au WWF-Canada pour ses projets entourant le climat et l’énergie. Pour la deuxième édition du Défi des villes Une heure pour la Terre, nous félicitons la ville du Cap, capitale mondiale, et à Edmonton, capitale canadienne Une heure pour la Terre.
En février, vous avez été
nombreux à baisser le chauffage pendant la Journée nationale de la p’tite laine – un appel à l’action individuelle pour lutter contre le réchauffement climatique et recueillir des fonds pour financer les programmes de conservation en Arctique. Plus de 1 500 enseignants ont souligné la Journée en classe avec leurs élèves, et Loblaw a veillé à la promotion de l’événement au moyen d’encarts, d’avis sur son site Web et dans ses magasins à travers le Canada.
En mai, plus de 4 700 sympathisants se sont dérouillé les jambes pour l’Ascension de la Tour CN Canada-Vie, qui a permis de recueillir près de 1,1 million de dollars pour la conservation. L’événement doit également sa réussite au travail acharné de 420 bénévoles qui ont vu au bon déroulement de la journée.
Nous levons notre
chapeau aux champions de Planète
vivante au travail
à qui l’on doit
le succès retentissant de la première
campagne Spring Things. Grâce aux 46
entreprises participantes, 400 000 dollars
ont été recueillis! « C’est très satisfaisant de
voir se confirmer la confiance que nous avions
dans un nouveau modèle de mobilisation, qui
consiste à donner aux entreprises des employés
motivés et engagés, et les moyens de réduire son
empreinte écologique… et crée en même temps
une nouvelle source de financement pour le
WWF-Canada », a déclaré Lloyd Bryant,
vice-président et directeur général,
HP Canada et vice-président du comité
des chefs d’entreprise de la
campagne Spring Things.

Qu’est-ce qui pousse le WWF-Canada à poursuivre son action?

  • Une passion sans réserve pour la planète.
  • Une responsabilité envers les générations futures.
  • Et vous : qui, comme des milliers et milliers d’autres citoyens, mettez votre pierre à l’édifice de la conservation de la nature.

Quelques chiffres

58 000

Plus de 58 000 citoyens ont nettoyé 1 950 rivages du Canada

18 %

Le Grand nettoyage des rivages canadiens mobilise de plus en plus de gens… et 18 pour cent d’équipes d’entreprises de plus

36 %

36 pour cent des citoyens adultes au Canada ont éteint les lumières pendant Une heure pour la Terre, de même que 350 villes au Canada et 162 pays et territoires dans le monde

35 000

Plus de 35 000 personnes ont visionné les vidéos de participants à Une heure pour la Terre

1 000

700 enseignants et leurs élèves, dans 1 000 écoles à travers le Canada, ont semé des graines d’asclépiade distribuées par le WWFCanada, et ont créé ainsi des habitats essentiels à la survie du papillon monarque

4 700

Plus de 4 700 ardents sympathisants ont fait l’Ascension de la Tour CN, et recueilli près de 1,1 million de dollars pour la protection des espèces en péril et de leur habitat

2 300+

Les quelque 2 300 magasins de la chaîne Loblaw à travers le Canada ont baissé le chauffage pour la Journée nationale de la p’tite laine

400 000 $

Plus de 40 milieux de travail ont participé à la campagne inaugurale Spring Things de Planète vivante au travail, et recueilli près de 400 000 dollars pour soutenir le travail de conservation du WWF-Canada

Écoles pour une planète vivante

École secondaire Holy Cross Regional High

En février, le programme Écoles pour une planète vivante lançait la question suivante : de quoi aura l’air un avenir où les humains et la nature pourront vivre en harmonie? Le groupe d’arts plastiques de 12e année (équivalent à la première année de cégep) de Marlene Volentier a répondu à la question par une vidéo éloquente soulignant dans le détail toutes les actions entreprises par l’école Holy Cross Regional High en faveur de l’environnement, et présentant un projet de murale de plus de 36 mètres (ou 120 pieds) illustrant sa volonté d’aider la planète. Très enthousiaste face à ce projet, le WWF-Canada a fait appel à l’artiste-peintre Todd Polich, qui est venu aider les élèves à préciser leur vision et leurs idées, et a contribué à la réalisation de cette murale par le biais de son programme Art of Empowerment. « Grâce à cette murale, nos élèves ont pu exprimer leur passion non seulement pour l’art, mais pour l’environnement aussi, précise Marlene Volentier. Ce projet illustre, c’est le cas de le dire, une volonté certaine d’aider la planète, et le WWF-Canada nous a donné l’occasion d’encourager nos élèves et nos écoles à poursuivre la démarche entreprise en conservation. »

« L’expérience collective de la murale est très gratifiante pour un enseignant, car c’est au coeur de sa vocation. Et cette murale sera un rappel permanent, pour ceux qui nous suivront, de notre engagement envers la conservation. »

© HOLY CROSS REGIONAL HIGH SCHOOL

(vidéo en anglais seulement)

Planète vivante au travail

Campagne Spring Things

Lorsque Peter Melanson, chef de la direction de Bullfrog Power, a lancé la nouvelle campagne Spring Things de Planète vivante au travail – dans son entreprise, il se doutait bien que le personnel répondrait à l’appel avec enthousiasme. Pas étonnant quand on sait que Bullfrog Power est un fournisseur d’énergie verte à 100 pour cent, et que la compagnie travaille en partenariat avec le WWF-Canada depuis 2006. Ce qu’il n’avait pas prévu, cependant, c’est l’élan de compétitivité que cette campagne susciterait auprès des employés. « Chaque activité menée au bénéfice du WWF-Canada, et même nos ventes de gâteaux, a porté fruit parce que les employés ont participé dans un esprit compétitif », raconte ce chef d’entreprise dynamique. Peter Melanson est l’un des six chefs d’entreprises à promouvoir la campagne de don en milieu de travail, et il s’est joint à l’équipe de Bullfrog Power qui fait l’ascension de la Tour CN. S’il est fier de sa performance – 21 min 19 s –, il est plus fier encore de celle de son équipe d’employés – 40 personnes ont participé à la campagne et recueilli quelque 14 000 dollars pour la conservation. « C’est important pour moi de prêcher par l’exemple, et je me vois mal demander aux autres de faire ce que je ne suis pas prêt à faire moi-même. »

Grand nettoyage des rivages canadiens

Uwe Stueckmann, vice-président principal du marketing chez Loblaw, n’a pas peur de se salir
les mains, comme en témoigne sa participation de longue date au Grand nettoyage des rivages
canadiens – une activité conjointe du WWF-Canada et de l’Aquarium de Vancouver, et présentée
par Les Compagnies Loblaw limitée. C’est fortuitement qu’Uwe Stueckmann a découvert le
Grand nettoyage. « J’étais sorti courir avec mon chien le long de Taylor Creek et j’y ai vu des gens
ramasser toutes sortes de déchets le long de la berge, se rappellet- il. L’année suivante, j’ai organisé
une opération de nettoyage avec mes enfants, et nous n’avons pas raté une année depuis. »
Uwe  Stueckmann participe maintenant au Grand nettoyage avec l’équipe Loblaw – l’an dernier,
1 600  employés ont participé à l’opération, et contribué au ramassage de 100 000 kilogrammes
de déchets le long de 3 035 kilomètres de berges à travers le Canada. « Le Grand nettoyage est une
très bonne occasion pour l’équipe de faire quelque chose en dehors du boulot, de retrousser ses
manches et de faire quelque chose de concret pour l’environnement. Et quand on voit la beauté que
l’on peut redonner à un bout de rivage en une matinée, ça donne drôlement envie de ne pas lâcher. »

Une année
d’action citoyenne

© GARRY BROECKLING / WWF-CANADA

  • Pour notre communauté –

    Andrew Shaw et Olivia Geen

    Grand nettoyage des rivages canadiens Étudiants à l’université Queen’s, dans la charmante ville de Kingston, en Ontario, Andrew Shaw et Olivia Geen sont heureux de retrouver chaque automne leur beau campus verdoyant, sis au bord du lac Ontario et encadré par les éoliennes de Wolf Island. Andrew et Olivia sont les coprésidents du Club WWF de leur université. « Le club est très attaché à l’état des berges de la ville, et la question des déchets riverains et de leur impact sur les écosystèmes locaux est très importante pour les citoyens et l’ensemble de la collectivité. » Le club a réuni un nombre impressionnant de bénévoles à l’occasion de sa première participation au Grand nettoyage des rivages canadiens, et il souhaite tenir les étudiants bien informés tout au long de l’année sur le sujet de la conservation des rivages, et contribuer ainsi au maintien de berges propres et en santé à Kingston – au bénéfice des étudiants, des résidents et de tous leurs voisins aquatiques!

    © ANDREW SHAW ET OLIVIA GEEN

    « Il nous appartient de participer aux activités liées à l’environnement dans cette ville qui nous accueille chaque année. »

  • Pour les espèces en péril –

    Chelsie Santoro

    La passion pour l’environnement de Chelsie Santoro, 11 ans, est née lorsqu’elle était en 2e année et que son enseignante a donné un cours sur l’environnement et les animaux menacés. Chelsie a alors appris l’existence d’organismes comme le Fonds mondial pour la nature et son action pour protéger des espèces, et elle a adopté symboliquement un pingouin du WWF-Canada. Sa détermination à soutenir la cause de la planète a fait naître dans sa tête une petite idée qui s’est transformée en un grand projet – Chelsie avait commencé à peindre depuis quelques années, et elle s’est dit qu’elle pourrait vendre quelques-uns de ses tableaux pour recueillir des fonds pour le WWF-Canada. Mission accomplie! Non seulement Chelsie a vendu en deux soirées tous les tableaux offerts à l’encan dans une galerie de Montréal, mais elle a recueilli plus de 2 500 dollars, elle qui visait initialement 1 000 dollars! Passion et détermination, cela fait tout un duo pour aider les espèces et leur habitat.

    © CHELSIE SANTORO

    « J’adore les animaux et je savais que je devais faire quelque chose pour les aider. L’encan de tableaux, c’était finalement une super bonne idée! »

  • Pour éveiller les consciences aux défis environnementaux –

    David Seepersad

    David Seepersad est bénévole à l’Ascension de la Tour CN depuis 11 ans. Quand on sait que les bénévoles doivent être sur place à 4 h du matin le jour de cette activité à couper le souffle, ce n’est pas rien. David Seepersad est irremplaçable à la ligne de départ de l’ascension – on apprécie entre autres les danoises qu’il apporte chaque année – et il participe également à l’ascension elle-même. Pour lui, l’Ascension de la Tour CN est l’occasion de soutenir un organisme dont la mission de resserrer les liens entre les gens et la nature répond parfaitement à ses préoccupations. Diplômé en génie de l’environnement, il croit fermement à l’importance de la sensibilisation à la cause de l’environnement, et apprécie l’engagement du Fonds mondial pour la nature en faveur d’un avenir où les gens et la nature prospéreront en harmonie.

    © DAVID SEEPERSAD

    « Ce que je préfère de cette ascension, c’est de voir des milliers de personnes qui sont là parce qu’elles croient à la nécessité d’agir pour l’environnement et la conservation et veulent y contribuer. »

  • Pour les espèces fascinantes de nos cours d’eau –

    Heather Leschied

    Heather Leschied a toujours aimé l’eau, et l’eau douce en particulier. Elle se souvient de l’époque où sa mère la prenait avec elle dans sa tenue de pêche tandis qu’elle taquinait le poisson dans les ruisseaux entourant le lac Huron. Elle se souvient aussi de sa fascination pour les espèces vivant dans l’eau, surtout les écrevisses. Elle a passé des heures et des heures à chercher des écrevisses sous les roches en compagnie de son père afin de les examiner dans son seau d’eau. Rien d’étonnant, alors, que Heather se soit tournée vers une carrière liée à sa passion première. Directrice de projet à Living Lakes Canada, elle consacre effectivement ses journées à la protection de l’eau douce au Canada, et dirige un projet de protection soutenu par le Fonds Loblaw pour l’eau dans la vallée de la rivière Flathead, en Colombie- Britannique. Elle évalue la qualité de l’eau grâce aux animaux qui y vivent – coléoptères, vers et escargots, par exemple –, car la présence de ces espèces en dit long sur l’état général du bassin versant.

    © HEATHER LESCHIED

    « Les écrevisses sont plutôt rares ici dans la région des Kootenays où j’habite maintenant, mais je fais encore des découvertes fascinantes sous les galets des cours d’eau que j’explore. »

  • Pour que nos rêves se réalisent –

    Jessi Cruickshank

    Jessi Cruickshank a commencé à s’impliquer en faveur de l’environnement à l’âge tendre de 11 ans, et sa passion ne s’est jamais démentie depuis. Aujourd’hui, personnalité de la télévision canadienne, elle a à coeur de réduire son empreinte carbone et cette préoccupation la guide au quotidien. Jessi a vécu à Los Angeles, où elle s’est réjouie du nombre de postes de recharge pour voitures électriques (VÉ) dans des stationnements de centres commerciaux. « Je suis ravie de constater que la technologie existe – petite, je n’aurais jamais cru que je conduirais une voiture électrique un jour. » C’est animée de cette passion électrisante que Jessi a collaboré avec le
    WWF-Canada pour parler de VÉ aux consommateurs d’ici. Les véhicules électriques sont un moyen de transport durable parmi d’autres à populariser afin de réduire, voire d’éliminer, la menace que pose le réchauffement climatique. Voilà le type d’innovation – et la possibilité de conduire enfin un VÉ – qui ravit le coeur de l’enfant de 11 ans.

    © JESSI CRUICKSHANK

    « Je suis ravie de constater que la technologie existe – petite, je n’aurais jamais cru que je conduirais une voiture électrique un jour. »

  • Pour des océans en santé –

    Laura Miller

    Laura Miller est une bénévole très appréciée au bureau de Toronto, où elle s’occupe depuis 3 ans des relations avec les donateurs et de la réception, accueillant les visiteurs et offrant un service hors pair aux gens qui téléphonent. Laura Miller est animée d’une passion de longue date pour la nature, et particulièrement pour la protection des océans, découverte au fil de ses nombreux voyages. C’est au Costa Rica, où elle est allée il y a 3 ans et a participé bénévolement à un projet de conservation de la tortue marine, qu’elle a eu la piqûre. Depuis, elle fait du bénévolat un peu partout, notamment dans le cadre de projets au Cambodge et à Madagascar. Ces expériences lui ont donné le goût d’une carrière en conservation des océans, et elle vient d’être acceptée au programme de maîtrise en gestion marine à l’université Dalhousie.

    © LAURA MILLER

    « C’est en participant à des projets de conservation des océans un peu partout à travers le monde que j’ai constaté sur le terrain l’impact de la dégrad-ation de l’environnement, et cela m’a poussée à vouloir en savoir davantage sur la question. »

  • Pour ma ville –

    Don Iveson

    « Quel honneur pour la ville d’Edmonton d’avoir été nommée Capitale canadienne Une heure pour la Terre, nous dit Don Iveson, maire de la ville lauréate. Nous avons travaillé fort à mettre sur pied des programmes de protection de l’environnement dans une perspective de durabilité, et c’est encourageant de voir le Fonds mondial pour la nature les souligner ainsi. » Voilà qui démontre bien qu’une ville au coeur du pays du pétrole peut tout de même servir de modèle de gestion responsable et réduire son empreinte écologique. Les citoyens d’Edmonton ont de quoi être fiers de leur ville.

    © MAYOR DON IVESON

    « Il est impératif que nous mettions les enjeux de l’énergie et du climat en tête de liste de nos priorités, et il est important en ce sens de souligner le travail remarquable qui est fait et continue de se faire pour aider notre planète. »

  • Pour la santé de l’eau –

    Michel Grégoire

    Michel Grégoire est le directeur de l’organisme de bassins versants (OBV) du fleuve Saint-Jean. Originaire de la région de Montréal, il se souvient de son besoin de nature quand il était enfant. Il travaille aujourd’hui auprès d’un organisme qui vise la protection de la partie québécoise du bassin versant du fleuve Saint-Jean. Sa rencontre avec le WWF-Canada date de l’an dernier, au Sommet sur le fleuve Saint-Jean, où il a eu l’occasion de rencontrer les membres des organismes pour la défense du fleuve en aval. La première édition de ce Sommet a révélé clairement l’opportunité d’en faire un événement annuel. Cette année, Michel Grégoire a participé, aux côtés du WWF-Canada, à l’organisation du Sommet qui s’est tenu en amont du fleuve, près du lac Témiscouata. L’eau du lac Témiscouata est si pure qu’il ne faut qu’un traitement minimum pour la rendre potable dans sa municipalité de Témiscouata-sur-le-Lac.

    © MICHEL GRÉGOIRE

    « Je vis maintenant dans un endroit où les ressources naturelles sont encore très bien portantes. Mon travail consiste à convaincre tout le monde de travailler ensemble pour que ça dure. »

  • Pour la nature, essentielle à notre équilibre –

    Pinaki et Supriya Bose

    Pinaki et Supriya Bose pensent que le contact avec la nature est essentiel pour demeurer en contact avec soi-même, et les longues balades qu’ils font avec leur chien dans les boisés entourant la ville de Winnipeg sont une de leurs activités préférées. Ils gardent un très bon souvenir des gorges et sentiers qu’ils ont si souvent admirés dans la région des Finger Lakes, dans l’État de New York, où ils ont découvert la résilience de la nature. « Je crois, dit Supriya, que si nous ne faisons rien pour protéger la nature, l’homme s’en écartera progressivement et perdra le contact avec sa nature propre, ce qui le rendra très malheureux. » Pinaki est, quant à lui, fier de dire que le Fonds mondial pour la nature figure dans leur testament. « Le WWF est aux premières lignes en matière de conservation de la nature et nous voulons contribuer à aider les espèces que nous aimons à ne pas disparaître de la planète. »

    © PINAKI ET SUPRIYA BOSE

    « L’immensité et la richesse de la nature nous aident à relativiser la place que nous y occupons. »

  • Pour les huîtres –

    Patrick McMurray

    Pour Patrick McMurray, champion mondial et détenteur d’un titre des record Guinness comme écailleur d’huîtres, et propriétaire du Starfish Oyster Bed & Grill de Toronto, les huîtres, c’est du sérieux. C’est pourquoi il accorde une extrême attention à la manière dont les huîtres et autres produits de la mer sont pêchés ou cultivés. Et c’est pourquoi il s’est associé au WWFCanada pour faire la promotion des produits de la mer durables. Des décennies de surpêche et de piètre gestion des ressources ont entraîné une dégradation phénoménale de la santé des océans de la planète. Nous pouvons aider à renverser cette tendance en achetant des produits de la mer certifiés MSC et ASC.

    © PATRICK MCMURRAY

    « Il est important pour moi de maintenir l’équilibre entre ce que nous faisons et ce que nous croyons. J’essaie de démontrer à mes clients qu’il nous faut vivre de manière responsable et équilibrée. »

  • Pour préserver la beauté et la diversité de la nature –

    Praveen Varshney

    Praveen Varshney et sa famille adorent passer du temps sur les plages de Vancouver et d’ailleurs dans le monde. La famille Varshney a un petit chalet sur une plage de Point Roberts, dans l’État de Washington. « Cela nous fait un bien énorme, ce temps passé dans l’eau, sur l’eau, à côté de l’eau, raconte Praveen. Les levers et couchers de soleil sont fabuleux, et nous dormons toutes fenêtres ouvertes pour entendre le bruit des vagues. Et puis on a l’occasion de voir une variété d’espèces – saumons, baleines, aigles, parfois même un cerf. » Son amour pour l’océan se concrétise dans son projet – qu’il affiche sur Facebook – intitulé Down to the Last Straw, pour encourager les gens à cesser d’utiliser des pailles en plastique à usage unique. Praveen et sa femme investissent dans la conservation parce qu’ils veulent léguer une planète en santé à leurs deux enfants et aux générations futures.

    © PRAVEEN VARSHNEY

    « Nous apprécions la portée et l’étendue du travail que réalise le Fonds mondial pour la nature, particulièrement les projets comme le Grand nettoyage des rivages canadiens. »

Une année d’extraordinaires collaborations.

Merci à vous tous!

UNE ANNÉE D’ EXTRAORDINAIRES COLLABORATIONS

Donateurs et sympathisants

C’est grâce à la générosité de nombreux particuliers, entreprises partenaires, fondations, gouvernements, organismes et bénévoles que nous pouvons année après année poursuivre notre action. Nous consacrons donc les quelques pages qui suivent à remercier tous ceux et celles qui ont versé un don d’une valeur de plus de 1 000 dollars – sous forme de don en argent, de commandite, d’espace médiatique, de publicité ou autre don en nature – entre le 1er juillet 2013 et le 30 juin 2014. Nous vous sommes reconnaissants de votre confiance et de votre fidélité à notre mission.

1 000 000 $ et plus

Rafraîchissements Coca-Cola Canada +

Gordon and Betty Moore Foundation

Les Compagnies Loblaw limitée

500 000 $ – 999 999 $

Succession de Robert Edward Hogarth, en mémoire d’Elaine Estelle et George Austin Hogarth

100 000 $ – 499 999 $

Bell Média °

Cieslok Media °

Domtar Inc. +

Fednav

Fondation Trillium de l’Ontario

Groupe CSL

Hôtels Fairmont

HP (Canada) Cie +

Rosamond Ivey

Ivey Foundation

Margaret A. Cargill Foundation

Metroland Media °

Neo Traffic °

Société des loteries et des jeux de l’Ontario *

Pattison Affichage °

RBC Fondation *

Rogers Centre +

Rogers Media Inc. °

Shaw Communications °

TELUS

Successions

Succession d’Emily Catherine Eddy

Succession de Harold Atcheson MacDonald

Succession de Klaus-Dieter Peters

Succession de Masako Takata

50 000 $ – 99 999 $

Alan and Patricia Koval Foundation

Association Canadienne du Ciment *

Francine et Robert K. Barrett

Captivate Network °

Channel Zero Inc. °

CIBC

Cineplex Média °

La Compagnie d’Assurance du Canada sur la Vie *

Corus Entertainment °

La Fondation Robert Schad

Goldcorp Inc. *

Gouvernement du Canada – Pêches et Océans

Scott et Ellen Hand

Nordic Council of Ministers

Pattison Onestop

Mike et Martha Pedersen

RBC Foundation *

Produits forestiers Résolu

Tides Canada Foundation – Taku & BC

Coast Capacity for Conservation Fund

Zoom Média Canada °

Successions

Succession de Christopher Crump

Succession de Lynda May Cunningham

Succession de Thelma Berniece Honour

Succession d’Audrey Thomson

Succession d’Helen Timchuck

Succession de Greta Lenore Timmins

25 000 $ – 49 999 $

Active America Corp.

AOL Canada °

Bentall Kennedy Canada

BMO Groupe financier

Edward Burtynsky +

Canada Goose

CHEK Media °

Davis & Henderson Ltd.

Michael et Honor de Pencier

Environnement Canada, Direction générale de l’application de la loi

Fédération canadienne de la faune

Fondation Staples

Gouvernement du Canada

Gouvernement du Nunavut

Holding GMCR Canada Inc.

HP-Canada

IMA Outdoor Inc. °

Suzanne Ivey Cook

La famille Hal Jackman

Kraft Canada °

Arthur et Sonia Labatt

Marine Harvest Canada

John Moore

Neo-Traffic °

Ontario Power Authority *

Shaw Communications Inc.

Mme Nan Shuttleworth et M. Bill Switzer

Suite 66 °

Tour CN

Walter & Duncan Gordon Foundation

The Weather Network °

Successions

Succession de William Roger Cran

Succession d’Antonia Domenica Dominato

Succession d’Olive Irene Lumley

Succession de Gail Rusnell

Succession de Monica Joan Wheatley

10 000 $ – 24 999 $

The Airlie Foundation

Anonyme

Astral Media °

Karen et Bill Barnett

Sonja I. Bata

Rudi et Karine Blatter

Bullfrog Power

CBS Affichage °

Cathy Clayton et John Denholm

Clear Channel Communications °

Bob et Gayle Cronin

Crossroads Christian Communications °

CTV Toronto °

Deloitte

Henry E. et Rena Demone

Roger et Janet Dickhout

Entreprises Première Générale *

Exclusive Advertising Inc. °

La Fondation KPMG

Fred et Elizabeth Fountain

Four Seasons Hotel

Frontiers North Adventures +

The George Kostiuk Family Private Foundation

Gestion de patrimoine Canaccord Genuity

Claude Giffin

Gouvernement de la Nouvelle-Écosse – Développement économique et rural

Groupe financier Banque TD

Chris et Helene Hadfield +

Herman Miller Canada Inc.

Erin Hogg

Donna Holton

Garry Ismond

Richard M. Ivey

The John and Pat McCutcheon Charitable Foundation

John and Sheila Price Family Fund at Aqueduct Foundation

justenvironment

Kiessling/Isaak Family Foundation at the Toronto Community Foundation

Lindt & Sprungli Canada

John et Patricia McCutcheon

Don McMurtry

Media City °

Dieter W. Menzel

Metro Montréal °

The Midloch Foundation

Ministère des Transports de l’Ontario

Newad Media °

The Norman and Margaret Jewison Charitable Foundation

Pacific Institute for Climate Solutions, University of Victoria

Patrick and Barbara Keenan Foundation

Programme des Nations Unies pour l’environnement (UNEP)

Pro-Tam Inc.

M. Joseph Rotman

RSA du Canada

La Société de Gestion AGF Limitée

Takla Foundation

Torkin Manes LLP

Roeland Val

W.C. Kitchen Family Foundation

Willow Grove Foundation

Patrick Winder

Windward Foundation

Phyllis Yaffe

Yahoo Canada °

Successions

Succession de William Thomas Booth

Succession de Barbara Mary Jean Cash

Succession de Frances Stergar

Succession de Frances Stergar

Succession de Joan Watt

Succession de Suzanne Denise Marie Young

5 000 $ – 9 999 $

Abraham Vermeulen Medical Prof. Corp.

Anne Marie Peterson Legacy Fund at The Calgary Foundation

Anonyme

Barrick Heart of Gold Foundation

Bassett Events Inc

Blue Ant Media °

Build-A-Bear Workshop®

CAA South Central Ontario

Canada Goose +

Carter Layne Charitable Fund

Clear Channel Outdoor Canada °

Mark Cohon

Jutta Dalton

Marna Disbrow

Dre Ola H. Dunin-Bell et Allen W. Bell

The ELPIS Foundation

Exclusive Advertising Inc. °

Mike et Kathy Gallagher

Mike Garvey

George Shapiro Fund at the Strategic Charitable Giving Fund

Steve Glover

Grassroots Advertising Inc. °

Anne Lambert et Tom Welch

Joannah Lawson

Katherine et Paul LeButt

LGL Limited associés de recherche environnementale

Patricia, Curtis et Daniel McCoshen

Metro Toronto °

Michael and Honor de Pencier Fund at the Toronto Community Foundation

David R. Miller

Barbara Morin

New Roots Herbal Inc.

Ontario Power Generation Employees’ and Pensioners’ Trust

Power Corporation du Canada

Pratt & Whitney Canada *

Projeny Inc

Les Publications Charron & Cie inc. °

Rogers Communications Inc. +

Sivaprakash Rajoo

The Rix Family Foundation

RSA du Canada

Tuula Schroderus

Sanjay Sen

Tim et Nalini Stewart

Les Subventions écologiques Walmart–Evergreen

David et Mabel Summers

Sun News Network °

Keith et Tanja Thomson

Totally Her Media °

Sabine Veit

Barbara Vengshoel

Joe Vipond

Graham W. Wright

Successions

Succession de Linda Elizabeth Gburski

Succession de Marsden Holt

Succession de Walter Jenkins

Succession de Donna Joyce Garbutt-Roscoe

Succession de Gordon Ingram McIntyre

Succession de Vera May Murphy

Succession d’Elizabeth Margaret Russell

Succession de Diane Susan Rutherford

Succession d’Erik H. Sellars-St.Clare

Succession de Martin Sonnemann

Succession de Susan G. Whipp

1 000 $ – 4 999 $

711 Côte de la Place d’Armes

Le 1000

Adam Scott Collegiate

Lesya Adehlph

Jason Agustin

Shreyas et Mina Ajmera

Reya Ali-Dabydee

Judith Allanson

Heidi Alston

John Ambrose

Leslie et Marlene Amoils

M. Michael Andlauer

Anonyme

APEX Public Relations

Aqueduct Foundation – Jeanne Edwards Fund

Hadley Archer et Fiona Stevenson

L’Arena Des Canadiens Inc. – Spectacles

Peggie Aspler

ATCO EPIC

ATCO Pipelines

ATCO Power

Backerhaus Veit Ltd.

Karen I. Backmann

Baffin Inc.

The Bagg Group

Richard J. Balfour

Walter M. et Lisa Balfour Bowen

Lillian Ruth Ball

Basic Spirit Inc.

Dr Glenn S. Bauman

Ron Baxter

BC Plant Health Care Inc.

Deborah A. et David Beatty

Chris Beaudry

Jean-Michel Beaulieu

Colleen Beaumier

Dre Cynthia Beck

Keith Beckley et Martha Richardson

David Beldeure

Joslyn Biggins

Thomas Biggs

C. Kim Bilous

Colin Bisset

Blackberry

Simon Blake-Wilson

Judith Blonski

Maarten Bokhout et Helena McShane

Pamela J. Botting

Marion A. Boyle

Marian Bradshaw-Knapton

Rob Breininger

British Columbia Marine Planning Fund of Tides Canada Foundation

Frank Brookfield

Brookfield Johnson Controls

Leanne Brothers

Fran Buncombe

Bureau en gros

Burgundy Asset Management

Winifrede Burry

Mandi Buswell

George et Martha Butterfield

Robin Cameron

Alan Canavan

Betty Carlyle

Evelyn Carmichael

Kathleen Carrick

Chris Cathcart

David et Erika Chamberlain

Guy Chamberland

James Chandler

Clarence Cheng

Rachelle Chevalier

Zachary Chrumka

Kathleen Clarke

Grahame Cliff

Melissa Colbourne

Margaret J. Collins

Mark Collins

Community Foundation of Ottawa – Colleen Snipper Memorial Fund

Carla R. Conkin

Dorothy A. Cook Joplin

Brian Coones

Dwight Cooney

R. J. Corby

Rick Cordeiro

David Corrigan

Roger Corrin

Couple’s Resort

Courtice Secondary School

Mike Couvrette

Frances Cowan

Patricia Coyne

M. et Mme Jack et Joan Craig

Lucille Cregheur

Robert Crockford

Margaret Cross

Kathryn Currie

Janine Dansereau

The Darlene Varaleau Charitable Trust

Trudie Davidson

Derek G. Day

Aloke De

Marilyn J. De Mara

Mark de Pencier et Kelly Szandtner

Dawne Deeley

Francois Desjardins

Jim Dexter

The Diana Dron Charitable

Foundation

Angelo Di Mondo

Guy Dine

Wilfrid S. et Brenda Dinnick

Darcy Dobell

Martin Donegani

Linda Doran

Keith Downton

June Doyle

Jean Draper

Dr William et Mme Jinnie Draper

David Driscoll

Diana Dron

M. Peter Droppo

Marilyn Dunk

David W. S. Dunlop

Chris Cathcart et Kelly Durant

Mme Deborah Durbin

Cynthia Dwyer et Peter-John Durrell

Vera Dyer

EcoSynthetix Inc.

Dr Jos J. Eggermont

Ann et David Einstein

Elisabeth Fulda Orsten Family Fund at the Strategic Charitable Giving Foundation

En Tour Artist Products Incorporated

EnCana Cares Foundation

EnCana Corporation

Don M. Enns

George Erasmus et Sandra Knight

Philip Evans

William Evans

The Fairmont Royal York +

Donato Fanizzi

Fath Group/O’Hanlon Paving

JoAnn Fath-Kolmes

David Favreau

FCB Canada

Federal Express Canada ltée

Lindsay Fehr

Les Fermes Burnbrae

Financière Manuvie

Sheila Findlay

Wendy Findlay

Jason Fiorotto et Tory Butler

Ronda Fisher

Fitzgerald & Roderick Landscape Contractors Ltd.

Shawn Folkins

La Fondation de bienfaisance Placements Mackenzie

Fondation de la faune du Québec

Helen Fong

Ron Ford

Basil Franey

Jacquie et Cunningham Fraser

Ken Fraser

Paul et Caroline Frazer

Pamela Fry

Colin Fyfe

Cindy Gahunia

Samantha Gales

The Galin Foundation

Penelope Gane

Dre Tracey Gardiner

Judy Garrison

Peter Garstang

Gartley Family Foundation at Toronto Community Foundation

Dre Rosanne Gasse

Darlene Gaucher

Dre Ariane Gauthier

Janine Geddes

Karen Genge

David George

German Solar Corporation

Brian Gerspacher

M. Jamie Gibson

Jack Gingrich

Keith et Denise Giroux

M. Carl V. Gladysz et Mme Joan P. Gladysz

Mme Dorothea Godt

William Goff

Blake C. Goldring

Jordan Golubov

Google °

Elspeth Gonzales-Moser

Lloyd Gordon

Andrew Goss

Caroline Graham

Cordell Grant

Shirley Beatrice Grant

Shanon Grauer

Laurel Gray

Regine Gries

Marjorie Griffin

Tracey Griffin

Groupe de chaîne d’approvisionnement Metro

Peter Grundmann

Guru Gobind Singh Children’s Foundation (GGSCF)

Liz Haan

Arlin Hackman

James et Nancy Hagan

Wanda (Chow Mein) Hall

Judith Hanebury

Warren Harding

Susan Harlton

Mona Harper

Patrick Harrigan

Havergal College

Albert Hayek

Maria Hayes

Shirley Hayes

Joanna Heath

Dr Donald Hedges

John Henderson

Tony et Nique Hendrie

Heather Henson

David Hertes

Jane Hess

Sharon Hill

Susan Hill

Dale G. Hjertaas

April et Norbert Hoeller

Pat Hoffman

Jack Holway

Jay K Hooper

Hot, Cold and Freezing

Robert Howard

Danielle Howe-Borges

Craig Howes

Christine Howitt

Pauline Hruska

Maureen Huber

Margaret Hudson

Suzanne Huett

Heather Hughes

Joyce Humphries

Jeffrey A. Hutchings

Kevin Hutchings

David Hutton

Stephanie Hutton

Kade, Charles, Richard et Edna Iacuelli

Illumiti

Interprovincial Corrosion Control Company Limited

Dre Nancy Ironside

James Irwin

Melanie Isbister

Ivanhoé Cambridge, Dixie Outlet Mall

Eileen Izzard

J. Patrick Higgins Enterprises Ltd

Mme Consuelo Jackman

Frederic et Sara Jackman

Trinity Jackman

Jackman Foundation

Laura et Colin Jackson

James and Wendie Harrison Foundation at the Strategic Charitable Giving Foundation

James N. Allan Family

Foundation

Jason Denys Medicine Prof. Corp

Dre Louise et Dr Wolfgang Jilek

Joe Badali’s Ristorante +

Beryl Johansen

Dr Michael John

John Derek Johnson

Mary Johnson

Jill Johnstone

Ryan Jones

Annelise Jorgensen

Gunter Kahlen

Rhonda Kanis

Kapoor Investments Ltd.

Kapoor Singh Siddoo Foundation

Jennifer Katzsch

Kevin et Heather Kavanagh

Dr Jack Keith

Yvonne Keith

Hagen Kennecke

Carolyn Kiddle

Natasha Kinloch

Ron Klimek

Dr R. William et Diane Knight

Yukiko Konomi

Wendy Konsorada

Sheryl Kotzer

Martin Krippl

M. Seth Kursman

Roxane Lacouture

Elaine Lafond

Dr Philippe Lagacé-Wiens

Hok Sum Lam

Lamar Advertising °

Paul Lavoie

Fred Law

Jason Lawrence

Jennifer Lea *

Robert J. Leask

Brandy Leckelt

Arthur Lee

Esther Lee

Mary Legge

Christian Lemay

Bruce Lemer

Leon Judah Blackmore Foundation

Marie Leonard

Janet L’Heureux

Elaine Lindo

Anne Lindsay

Grant Linney *

Lisa Listgarten

Heather Lockhart

Priscilla Lockwood

Tracy Logan et John Hogg

Michele Longo

Dr W. Paul Loofs

Kelly Loop

Michel Lord

Sue Lowe

Lower Canada College

Dr Alec Lupovici

Rod Lutz

Angie Macdonald

Lori MacEwen

Lori Mack

Marlene MacKenzie

Sheila MacMahon

Jane W. Manchee *

Vicki Manning

Maple Leaf Sports & Entertainment Ltd °

Thomas et Lisa Marr-Laing

Wayne Marthaller

Catherine Martin

Carla Maruyama

Simon Marwood

Anne Matheson

M. Gordon Matheson

Larry Matschke

Julie Matthews

Wayne Matthews et Maureen Pennington

M. Kevin et Mme Cathy McAllister

Tom H. McAthey

Robert J. McCready

Andy Mcdonald

Sean McDonald

Marie McDonnell

Islay et Mike McGlynn

Jan McGregor

Gloria McIntyre

Kelsie McKay

Kirk McKay

Anne McKenzie

June McLean

McLean Smits Family Foundation

Anne McLellan

Margaret McMullen

Jay McMurray

Joyce et Gary McMurray

McPacific International Corp.

David Melone

MétéoMédia

Metropolitan Design Ltd.

Mines Agnico Eagle Limitée

Steven Minuk

Jan Miserva

Garfield Mitchell

Joan Mitchell

Barbara Mitton

Mobile Giving Foundation

Kelly Moffatt

Helen et Stewart Moore

Jane A. Mottershead

Mary Mowbray

Wallace Muloin

My Tribute Gift Foundation

Nellis Roy Moyer & Mary Elizabeth Moyer Memorial Trust through the Victoria Foundation

Nexen Energy

Dr Michael J. Nicholls

Leslie Nigh

Frank Noneley

Michael Norgrove

Oakley & Oakley

Sara Oates et Andy Harington

Shelley Odishaw

M. et Mme Kevin O’Leary

OLG Casino Point Edward

Olive Media

OPUS Stewart Weir

Nir Orbach

Kathy Osadczuk

Beverley L. O’Toole

Kenton Otterbein

Ralph Overend

Timur Ozelsel

Cyril Paciullo

Matthew Paige

Peter Panopoulos

Sharen Parker

Parsons Brinckerhoff Halsall Inc

Igor Pashutinski *

Murray Paton et June Leong

Julia Pawluk

Mark Pearson

Roslyn Penner

Penny Pepperell

Dennis Perry

Gordon Petersen et Cathy Scrimshaw

Heather et Jim Peterson

Mme Jennen Phelan

Marjorie J. Philip

M. Jane Phillips

Alice Pickering

Alex Pinto

Ryan Pinto

Bettie Plant

Brayton Polka

Nicholas Poppenk

Lee Porteous

Beth Poulter

David Powell

The Powis Family Foundation

Elizabeth Powles

James D. Prentice

PricewaterhouseCoopers Canada

George Prieksaitis

Valerie Pringnitz

Pumped Inc. +

David M. Purdy

William Quinlan

Shannon Rancourt

Robert Rangeley

Abbas Rangwala

Mme Andrea J. Raper

Troy Rathbone

Elaine Reid

Viviane Richard de Brouwer

Thomas Richter

Stephanie Riemer

Richard W. Rinn

Robert Bosch Inc.

Nathalie S. Rockhill

Nathan Romanko

Donald et Gretchen Ross

Philip Rosso et Marilyn Sanders

Jason Roth et Cheryl Steadman-Roth

Adrian Ruigrok

Jim Russell

Dr Robert Russell

Doreen E. Rutherford *

Elizabeth Ryan

Salesforce.com Foundation

Leo Samoil

Bruce Sandy

Ed Scherer

Kimberly Schofield

Banque Scotia

La famille Scott

Jayme Semeniuk

Semi-remorques Wizards

Adam Shane

Marion Shanks

Ronald et Paulette Sharp

Alexandra Shaw

Alon Shenfield

Robert Sherrin

Warren Shih

William J. Shymko

Maria Siemienska

Robert et Valerie Simons

Mme Heather Singer MacKay

Tana Skene

S. J. Skinner

Courtney Skrupski

Barbara Smeltzer

Anne Smith

David Smith

Raymond Smith

Matthew Snider

Ann Sobey

Sporting Life Inc.

Mme Carole Y. Spread

Judith Sproule

St. Daniel Catholic School

Heather St.Louis

Campbell et Joanna Stacey

Ed Stahl

Jenny Stephens

Lindsay Stevenson

Stonecrest Elementary School

Jacqueline Stroud

Sussex Strategy

Eleanor Swainson

Kevin Swanson

Kelly Szandtner

Jon Temme et Kelly Walker Temme

Tetra Tech EBA

Joy Thomas

Bruce et Susan Thompson

Robert, Susanne, Jack et Josephine Thompson

George W. Thomson

Throw the Switch Igor!

Barb Toma

Ziya Tong

Tony et Caley

Taylor Family Fund

Torstar Corporation °

Transat A.T. Inc.

Tim Trant

Paul Treiber

Triple M Métal LP – division Scarborough

Dr Colin Ucar

Université de Calgary – Club WWF

Rob Unruh

Peter Van Schalk

Dre Stephanie Van Wyk

Darlene Varaleau

La famille Varshney

Velthuysen Medical Corporation

Sabrina Versteeg

Shirley Viertelhausen

Anne Vinet-Roy

Angela Wallace

Leo Walsh

Bryon Walters

Wolfgang Walz

David Ward

Bruce Wareham

Way Key International Inc.

Mme Karen Webb

M. Chris Webster

Gary et Marcia Wedeking

Ingo Weigele

Meri Rae Weisman

Alison Wheatley

Jeune Williams

Julie Williams

Lorraine Williams

Dan Williston

Joan Wilson

Wing’s Food Products

Billy Woelfing

Matthew Wojtowicz

Joanne Wright

M. Kevin Wright

Thérèse Young

Eb et Jane Zeidler

Successions

Succession de John George Carroll

Succession de Ronald Wallace Compton

Succession de Neeltje DeBruyn

Succession de Lorne Foster Swannell

Succession de Virginia Fox Reiffer

Succession de Margaret Glide

Succession de Valli Waltraud Heuse

Succession de Ruth Elizabeth Hodge

Succession de Peggy Lawson

Succession de Donald Edward George Scrimshaw

Succession d’Hilda Mary van Rooyen

Succession de Yee Chun To

Succession de Margaret Eileen Wood

Le WWF-Canada est heureux de pouvoir compter sur le soutien financier de son réseau mondial et des organismes partout sur la planète qui forment la famille du WWF!

Fonds de dotation

Le fonds de dotation permet d’accorder un soutien perpétuel à la mission du Fonds mondial pour la nature. Le cadeau unique que nous offrent ainsi nos donateurs est l’expression d’un engagement et d’une confiance qui nous sont chers.

1 000 000 $ et plus

200 Canadians Trust

“1001” Nature Trust

Beryl Ivey Fund

Brocklehurt-Jourard Education Fund

Canadian Conservation Trust

500 000 $ – 999 999 $

Sobey Fund for Oceans

100 000 $ – 499 999 $

The Kenneth M. Molson Fund for Endangered Birds

Signatures Fund

En hommage

Nous sommes heureux de saluer ici les personnes qui ont contribué à la collecte de fonds et de cotisations de 1 000 dollars et plus pour soutenir les efforts de conservation du WWF-Canada au cours de la dernière année.

In memoriam

En mémoire de Viola Carnrike

En mémoire de Chico

En mémoire de Spring Choy

En mémoire d’Amanda (Amy) Hood

En mémoire de Dr Gordon Lippolt

En mémoire de Monica Laura Podstawskyj

En mémoire de Richard et Roxabelle Shillington

En mémoire d’Yee Chun To

En mémoire de Suzanne Denise Marie Young

En hommage

En l’honneur d’Olivia Clement

En l’honneur d’Edward Crawford

En l’honneur de Serena Goldring

En l’honneur de Michael Christian de Pencier

Les grimpeurs de la Tour CN

Dan Abramsky

Belma Agustin

Scott Allen

Jessica Azhadi

The Bagg Group!

Jessica Elizabeth Lauren Barrett

Rudi et Karine Blatter

Robert Bonsma

Katherine Cheng

CSL Group Inc.

Shana Deroche

Doug F. Dorsey

Daniel Eden

Curtis Fraser

Cindy Gee

Susan Gillingham

Amanda Glover

Jessica Hall

Wanda (Chow Mein) Hall

Shannon Hamilton

Gina Hoffman

Jim Holmes

Parviz Issakhan

Jacob Securities Inc.

Elizabeth Jones

Sarah Jordan

Donna Kavanagh

Torey Kehoe

Melissa Kilgour

Robert Lacasse

Janice Lanigan

Shaun Lewis

Peter Melanson

Evelina Melo

Rob Miller

Brian Minns

Lacresha Mirrielees

Kristin O’Connor

Michele Palozzi

Maya Perrault

Amy Pike

Bradley Powell

Jim Price

Sucheta Rajagopal

Edgard Raudez

Zeny Red

Dani Reiss

Bobby Richter

Jeffrey Roop

Carolynn Ross

Clinton Scott

Georg Shana

Andrea Sheppard

Tom Speers

Lindsay Stewart

Steven Synyshyn

Keith et Tanja Thomson

Mariana Timofte

Natalie Travis

Drew Tremblay

Marion Van Baarsel

Laura Vansickle

Johan M. Verhaeghe

Linda Vizza

Wolfgang Webb

Geoffrey Wilson

Joan Wilson

Sarah Jane Wolch

Virginia Woodhouse

Graham Woodward

Sarah Wright

Meagan Younger

Les collecteurs de fonds de la Communauté du Panda

Adam Scott Collegiate

Olivia Clement

Melissa Colbourne

Courtice Secondary School

Dunwich-Dutton Public School

Havergal College

Sean Hutton

Lower Canada College

New Roots Herbal Inc.

Chelsie Santoro

St. Daniel Catholic School

Kate Stemmler

Stonecrest Elementary School

Triple M Métal LP – division Scarborough

Université de Calgary – Club WWF

La passion au travail

De la vente de pâtisseries aux journées en tenue décontractée, les champions en milieu de travail ont trouvé toutes sortes de manières d’apporter leur appui à l’action du WWF-Canada l’année dernière. Il nous fait plaisir de remercier ici tous ceux qui ont recueilli 1 000 dollars et plus en milieu de travail cette année.

Collecte de fonds en entreprise

Employés de Bennington

Bentall Kennedy (cadeau fait au nom des employés)

Employés de Brookfield Johnson Controls

Employés de Bullfrog Power

Employés de FCB Canada

Employés de HP Canada

Employés d’OLG Point Edward Casino

Employés d’Ontario Power Authority

Employés de Research In Motion Give Your Way Program

Employés de RSA du Canada

Employés du WWF Canada

Bureau en Gros (cadeau fait au nom des employés)

Hydro One – Fiducie caritative des employés et retraités

Lindt & Sprungli Canada (cadeau fait au nom des employés)

Ontario Power Generation Employees’ and Pensioners’ Trust

Provincial Employees Community Services Fund

Le club des 50 et +

Les bénévoles nous font cadeau de temps, un bien dont nous apprécions chaque minute. Voici la liste de toutes les généreuses personnes qui nous ont consacré au cours de la dernière année plus de 50 heures de leur temps précieux. Votre engagement et votre détermination font de vous tous des membres à part entière de notre équipe de pandas!

Bénévoles

Sharon Beauregard

Jameson D. Bowman

Kathryn Busch

Jennifer Chang

Wesley Chua

Irene Denver

Sue Grant

Gail Hamel

Jody Hewitt

Jenna L. Hildebrandt

Wendy Ho

Laura Miller

Anna Pyasetsky

Angelique Singh

Martine Stewart

Lucia Villon

Jen Yao

NOTE

Un signe d’addition (+) à la suite d’un nom indique un don en nature, ou un don en nature et en argent.

Une astérisque (*) après un nom souligne une commandite ou une commandite et un don en argent.

Un symbole de degré (°) suivant un nom indique que ce don, ou une partie de celui-ci, correspond à un don jumelé à celui des employés.

Les dons reçus après le 30 juin 2014 seront soulignés dans notre rapport annuel 2015.

© FLORIAN SCHULZ/ 2014

Sources de financement et autres revenus

Affectation des fonds

Charges liées à la conservation par programme

0
1 000 000 $
2 000 000 $
3 000 000 $
4 000 000 $
5 000 000 $
6 000 000 $
Arctique
6 250 848 $
34 %
Climat et énergie
1 103 091 $
6 %
Océans
3 125 424 $
17 %
Eau douce
1 470 788 $
8 %
Réduction de l’empreinte écologique
735 394 $
4 %
Conservation mondiale
1 103 091 $
6 %
Conservation, science et sensibilisation
4 412 364 $
24 %

1 %

AUTRES OSBL

2 %

REVENU DE

PLACEMENT

11,2 %

FAMILLE DU WWF

5,8 %

VENTE DE PRODUITS,

PROMOTIONS ET DROITS

1 %

ADMINISTRATIONS
PUBLIQUES

11,4 %

FONDATIONS

51,2 %

PARTICULIERS

16,4 %

ENTREPRISES

14 %

SENSIBILISATION À

LA CONSERVATION

0,5 %

LOBBYING

20,8 %

FINANCEMENT

14,5 %

RECHERCHE ET

SUBVENTIONS EN

CONSERVATION

3,7 %

ADMINISTRATION

45,8 %

MISE EN OEUVRE DE

PROGRAMMES DE

CONSERVATION

0,7 %

AMORTISSEMENT

Total des charges

24 350 000 $

Chaque dollar compte

© JAMES CASEY / WWF-CANADA

CHAQUE DOLLAR COMPTE

Le nombre d’organismes caritatifs à la recherche de fonds – auprès d’un même bassin de donateurs – va croissant, et le WWF-Canada doit faire preuve de souplesse et d’innovation, pas seulement en ce qui touche à sa manière de travailler, mais également à son mode de recherche de financement. Je pense que notre méthode est efficace.

En effet, nous avons accru d’environ 300 000 dollars les ressources affectées à la collecte de fonds en 2013-2014, ce qui a entraîné une hausse des revenus d’un peu plus de 3 pour cent. Parallèlement, notre ratio de frais de collecte de fonds par rapport aux revenus s’est maintenu aux environs de 21 pour cent, ce qui est très inférieur au 35 pour cent que suggère l’Agence de revenu du Canada.

Nous avons également réalisé des gains dans diverses sources de dons, mais plus de la moitié de notre revenu provient de particuliers. Les dons d’entreprises et de fondations fluctuent considérablement d’une année à l’autre, mais nos donateurs citoyens constituent notre noyau dur, solide et fidèle.

Nous avons également cherché très activement des moyens de réduire nos charges autres que de conservation. Évidemment, il faut des bureaux, des ordinateurs, du personnel et diverses fonctions administratives de base. Nous avons néanmoins réussi à ramener ces charges à 3,7 pour cent du total des charges de l’exercice. Nous avons réussi notamment en mettant à profit les compétences de nos précieux bénévoles, qui répondent au téléphone, appellent les donateurs, et savent même arroser les plantes dans nos bureaux.

Grâce à cette hausse des revenus et à la baisse des charges administratives, nous avons pu accroître de 7,7 pour cent les sommes affectées à nos programmes de conservation – 1,3 million de dollars de plus ont donc servi à protéger nos océans, nos ressources d’eau douce, l’Arctique, et plus encore.

Les donateurs d’aujourd’hui s’intéressent davantage au fonctionnement des organismes qu’ils appuient. Nous sommes fiers de dire que le WWF-Canada a obtenu l’accréditation d’Imagine Canada, et je suis heureuse de pouvoir faire la démonstration de la vigueur et de la rigueur de notre organisme.

Je ne saurais terminer sans remercier tous nos donateurs pour leur générosité en 2013-2014. Nous amorçons l’élaboration de notre plan stratégique quinquennal, et j’affirme que ma priorité demeure de faire en sorte que la part du lion de vos dons serve à la conservation.

© JAMES CARPENTER / WWF-CANADA

De mon point de vue, les choses sont simples : davantage de revenus + économies de coûts = plus d’argent pour la conservation. Je suis heureuse de dire qu’en 2014, c’est ce qu’on a réussi à faire : 1,3 million de dollars de plus pour la conservation.

Sara Oates,
Vice-présidente, Finances et administration
et chef de la direction financière

Rapport financier de 2014

Total des revenus

25 042 000$

© FRANCOIS PIERREL / WWF-CANON

Nous croyons à un avenir où les êtres humains pourront vivre en harmonie avec la nature. Nous croyons que cet avenir est possible, parce que nous croyons en vous tous.